Skip to the content

Le premier groupe : les Basques

Chronologiquement, ils sont les premiers à arriver au camp, dès le 5 avril 1939.

Camp de Gurs | Le premier groupe : les Basques | Gurs (64)

5 089 internés

Pendant les deux premières semaines de l'existence du camp, les Basques sont les seuls réfugiés internés au camp. Ils occupent les quatre premiers îlots, ceux qui jouxtent le quartier administratif, les îlots A, B, C et D.

Leurs arrivées s'échelonnent de la façon suivante :

- le 5 avril : 980 internements à l'îlot A.
- le 6 avril : 975 internements à l'îlot B.
- le 7 avril : 920 internements à l'îlot C.
- le 8 avril : 850 internements aux îlots A, B et C.
- le 13 avril : 927 internements à l'îlot D.
- le 19 avril : 437 internements à l'îlot D.


Le 19 avril, l'immense majorité des Basques de Gurs est présente dans les îlots : 5 089 hommes.

Quelques centaines d'autres arriveront encore dans les semaines suivantes, internés au fur et à mesure des places laissées vacantes par les départs des premiers.

Au total, 6 555 Basques sont internés à Gurs en 1939.

Camp de Gurs | Internés basques derrière les barbelés séparant leur îlot de l'allée centrale (été 1939) | Gurs (64)
Internés basques derrière les barbelés séparant leur îlot de l'allée centrale (été 1939)

Camp de Gurs | Le premier groupe : les Basques | Gurs (64)

En provenance du camp d'Argelès

Les Basques de Gurs sont les ressortissants espagnols qui avaient relevé en 1936 et 1937 du gouvernement autonome provisoire du Pays basque. Cette autonomie étendait son autorité sur les 17 700 km² de la Biscaye (Bilbao), du Guipuzcoa (Saint-Sébastien), de l'Alava (Vitoria) et de la Navarre (Pampelune).

C'est pour eux, d'abord, que le camp a été ouvert, quoiqu'ils n'en occupent qu'un quart de la superficie.

PresÂque tous proviennent du camp d'Argelès où ils formaient une communauté déjà bien individualisée, avec son propre territoire ("Gernika Berri") et sa propre administration interne, confiée aux émissaires du gouvernement basque en exil. Par l'intermédiaire de leur aumônier, Inaki de Aspiazu, ils sont en contact permanent avec Telesforo de Monzon, leur jeune ministre de l'Intérieur.

La population basque de Gurs est jeune, 26 ans en moyenne. Elle se compose en règle générale de soldats ayant combattu sur deux fronts, d'abord au pays, puis, à partir de 1938, en Catalogne.

Camp de Gurs | Le premier groupe : les Basques | Gurs (64)

Une assez bonne image de marque dans la région


Les Basques de Gurs tissent avec le monde extérieur un réseau complexe de relations. De tous les internés, ils sont incontestablement ceux qui touveront auprès des populations environnant le camp le plus de possibilités de permissions, de parrainages et de sorties. De tous les internés, ils sont incontestablement ceux qui bénéficient de la meilleure image de marque, dans la vallée.

Leurs départs de Gurs commencent dès la fin du mois d'avril : il s'agit de rapatriement et de libérations. Ces sorties, plus fréquentes que chez les autres catégories d'internés, expliquent que l'îlot A soit évacué dès le mois de juillet, et aménagé en atelier professionnel. A cette date, l'îlot A n'est plus que le lieu où les Gursiens postulant aux emplois offerts par les chefs d'entreprise de la région, doivent faire la preuve de leur qualification professionnelle.

Camp de Gurs | Le premier groupe : les Basques | Gurs (64)

Quelques personnalités basques


Parmi les internés basques, on trouve :

  • le compositeur et violoncelliste Regino Sorozabal.
  • des écrivains comme Nicolas Ormaetxea Orixe.
  • des électriciens comme Rogelio Mendoza.
  • des ferblantiers comme Mateo Teofilo Etchebarren et Santiago Luzarreta.
  • des maçons comme les frères Oliva.
  • des médecins comme Vicente Rey Ciaurriz, Angel Garcia Bello, Eliseo Fernandez de Pineo ou Benito Garcia.
  • des menuisiers comme Ansemlmo Bizcarria, Eduardo Glaria ou Luis Villalba (père de Raymond, futur président de l'Amicale du camp de Gurs).
  • le musicien Julian Castejon.
  • des militants politiques comme Martin Soler Zanguitu.
  • le peintre Nicomedes Gomez.
  • des postiers comme Eduardo Vallès (père d'Emile, futur président de l'Amicale du camp de Gurs).
  • un puisatier comme Fermin Andueza.

 

...retour suite...

Publications de l'Amicale

Commandez dès à présent toutes les publications de l'Amicale du Camp de Gurs !

Camp de Gurs

Mémorial du Camp de Gurs
64190 Gurs

Mail : Nous contacter